10 choses que j'aurais aimé savoir avant de devenir entrepreneur

10 choses que j'aurais aimé savoir avant de devenir entrepreneur​

Laurine Stefanello, entrepreneur

Laurine Stefanello

Co-Fondatrice et formatrice

La vie d’entrepreneur n’a jamais été autant idéalisée ou autant banalisée que depuis ces dernières années.

La crise covid a provoqué un tsunami de questionnements concernant la carrière professionnelle, les attentes que l’on peut avoir vis à vis d’un travail, l’équilibre vie pro/vie perso, la vie en entreprise…

La révolution numérique et les nouvelles technologies ont également eu un impact immense car elles ont permis à de nombreuses personnes de devenir freelance, créer une entreprise à moindre coût. En effet, le au e-commerce a créé de nouvelles opportunités en ouvrant un accès illimité à une multitude de clients chaque jour etc.

« En Amérique, une start-up coûtait en moyenne 5 millions de dollars à lancer en 1999. Aujourd’hui, seulement 50 000 dollars selon de récentes études de Upfront Ventures à Santa Monica. La situation est la même en Europe. »

Aussi, dans l’imaginaire collectif (merci les réseaux sociaux 😅), il semblerait qu’être à son compte soit équivalent à une liberté totale, du temps, des heures à la piscine, des voyages et la liste est encore longue … une vie de rêve bien plus cotée qu’une vie de salarié.

La réalité est bien entendu autre mais pour le savoir il est nécessaire de passer par le vécu.

J’ai souhaité rédiger cet article, plus personnel et basé sur l’expérience, que ceux que j’écris d’habitude, afin de vous partager justement mes ressentis sur cette aventure que je trouve absolument passionnante et très intense (dans les deux sens du terme 😉).

Ne vous attendez donc pas à rêver car la vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille loin de là : entre le travail, le stress, les échecs, les décisions difficiles à prendre… vous êtes habillés pour l’hiver haha.

Plus jeune, je croyais profondément au job miracle qui coche toutes les cases. Aujourd’hui plus du tout ! Chacun vous apportera des choses différentes, vous nourrira sous différentes formes. Le tout est de savoir le chemin qui correspond le plus à votre personnalité, vos aspirations, votre conjoncture de vie à un moment T.

Voici un florilège de conseils que j’aurais aimé connaitre avant de devenir entrepreneur.

Vous êtes prêt ? Zeparti !!

"Un entrepreneur est libre"

C’est peut être la phrase qui revient le plus ! Le sujet n’est evidemment pas binaire et dépendra de votre définition de la liberté !

Certes vous n’avez plus de patron à qui vous deviez auparavant rendre des comptes, solliciter pour prendre des nouveaux congés etc. 

Sauf qu’en créant votre propre business, l’idée est quand même d’avoir des clients et de leur vendre vos produits ou services. 

En ce sens, vous n’êtes pas libres de faire ce que vous voulez, vous devez vous adapter et les satisfaire de la meilleure des façons. Sinon, pas de rentrée d’argent et donc plus de business.

Vous avez certes le pouvoir de travailler aux horaires que vous souhaitez, où vous le souhaitez . Vous êtes donc peut être plus libres en terme d’espace temps.

Vous avez aussi la liberté de décider dans quelle direction vous souhaitez aller.

Seulement un entrepreneur ne bénéficie pas toujours de cette liberté précieuse de pouvoir quitter son lieu de travail et ne plus y penser jusqu’au lendemain, de pouvoir passer ses week end sans travailler, de pouvoir passer son mois sans se soucier de combien il va percevoir comme salaire à la fin du mois.

Donc plus libres ? Cela dépend où l’on se place 😉 

Travailler sa résilience

S’il y a bien une chose que l’on connait bien lorsqu’on crée sa propre activité, c’est l’échec !!  Super me direz-vous !!

Je ne vous apprends rien : pour gagner il faut tester et souvent quand on teste, on perd. Il faut donc accepter de faire des erreurs pour rencontrer le “succès“.

Alors ça parait simple sur le papier hein, sauf que dans une société franco-française où l’échec est montré du doigt et considéré comme une honte à cacher, apprendre à échouer et gérer ses échecs demeure un sport qui peut nous paraitre complexe au départ. 

Pourtant derrière chaque échec se trouve absolument toujours une leçon à tirer pour améliorer, changer ce qui mérite de l’être.

Et en sport comme dans l’entrepreneuriat, quand on souhaite initier une action que l’on a jamais faite auparavant, il y a de fortes chances qu’elle soit réalisée de façon bancale. 

C’est logique ! Et même si au début votre ego ne sera pas content, vous vous rendrez bien rapidement compte que cela ne remet pas en cause qui vous êtes, que l’important réside dans votre capacité à vous relever et apprendre de ces échecs.

Pour moi l’entrepreneuriat n’est pas un sprint mais un marathon, une course de fond avec des moments de calme, où les choses vont dans notre sens, et des moments de grand chaos où l’on a envie de tout arrêter. Et quand je parle de résilience, je parle justement d’apprendre à surfer entre ces sommets et ces creux en permanence, pour le meilleur et pour le pire ! 😉

Par exemple, Ines et moi avons aujourd’hui passé une journée à régler des problèmes techniques qui nous ont BEAUCOUP pris la tête plutôt que de nous concentrer sur ce qui était prévu : le développement d’une de nos prochaines formations. Je peux vous assurer que c’était coton… mais à chaque coup dur, on ne manque pas de se rappeler les raisons qui nous ont motivé à faire ce qu’on fait.

resilience entrepreneur, lesson learned

Le "pourquoi" de l'entrepreneur

On peut se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat pour plein de raisons : pour certains l’idée sera de faire fortune, pour d’autres ce sera le côté création,  pour d’autres c’est la liberté qui prime ou encore le fait de contribuer à sa façon, selon ses valeurs etc.

Ce que je pourrais vous donner comme conseil… c’est d’être clair sur le “pourquoi” vous vous lancez !!

Pourquoi ce pourquoi ? Car vous rencontrerez des moments compliqués, où la motivation sera aux abonnés absente !!

Vous fournirez des efforts, certains seront concluants, d’autres non. 

Quoi qu’il arrive, il est important de réaliser que nous ne maitrisons pas tout et que dans chaque réussite il y a aussi une part de “chance”, “destin”, “aléa”, “force suprême” (appelez-le comme vous voulez 😉). C’est aussi le cas des échecs (le covid nous l’a bien rappelé). 

Il y aura probablement des moments où vous n’aurez pas les résultats escomptés, des moments où vous aurez l’impression de travailler dans le vide.

Cela fait partie du chemin et parfois c’est ingrat oui. 

En cela, si vous n’avez pas de “pourquoi” fort dans les moments difficiles, vous risquez de jeter l’éponge. 

Alors avant de démarrer votre propre entreprise, demandez-vous ce qui vous pousse à le faire et en quoi  c’est important pour vous.

Le tabou de l'argent

Ah l’argent 💰 … en France en plus !! 

Comme je le mentionnais dans l’introduction, beaucoup de personnes semblent croire que les entrepreneurs mènent la belle vie en devenant leur propre patron !

Alors maintenant accrochez vous ! Saviez-vous que les entrepreneurs mettent en moyenne 2 à 3 ans avant de se verser un premier salaire (qui d’ailleurs ne va pas plus loin qu’un SMIC ) ? 

Comprenez qu’avant de pouvoir gagner convenablement sa vie, il y a une période de l’ombre où l’on réfléchit à son business, sa stratégie, son public cible, on crée sa structure, on se fait accompagner, on construit un site internet, une image de marque, on commence à devenir un peu visible, davantage légitime, on a peut être un point de vente physique avec un loyer à payer, des charges … bref on dépense beaucoup plus d’argent qu’on en gagne !!

Et tout ça sans certitude que l’argent investi produira les résultats qu’on vise !! 

Face à cette réalité, il est important de la jouer malin : en ayant de l’argent de côté, en demandant des aides, en n’arrêtant pas son travail du jour au lendemain etc. 

Toutes ces choses doivent être pensées 😉 .

entrepreneur, tabou de l'argent

Savoir aller à l'essentiel

C’est un des points qui m’a le plus challengé je pense. 

Si vous ne le savez pas encore, j’ai un esprit très …actif et qui a la fâcheuse tendance à partir dans plein de sens différents. 

Je suis quelqu’un qui s’éparpille avec une facilité désarmante. On va dire que c’est le revers de la médaille de mon côté curieuse. J’aime apprendre, j’aime comprendre sauf que parfois ce mode de fonctionnement peut me jouer des tours et m’empêcher de me focaliser sur ce qui est essentiel. 

Et l’essentiel dans l’entreprenariat c’est quoi : l’offre, la demande et la rencontre entre les deux. 

L’idée est de faciliter les points de contact entre ces deux données et de s’adapter en permanence pour que votre produit ou service trouve toujours le chemin vers ses clients et réponde à leurs besoins spécifiques.

Prendre du temps à rendre votre produit beau est humain … mais ce n’est pas ça qui fait qu’ils vont vous l’acheter.

Pensez que votre but est de résoudre des problèmes concrets rencontrés par des personnes dans leur quotidien. 

Parfois on se focalise sur des produits ou service qui résolvent nos problèmes à nous et, même si la qualité est là, le public n’est pas obligé de nous suivre dans la pratique !

Aimer se former

C’est un des points que j’apprécie le plus et qui ravira les personnes qui ont un réel côté touche à tout, couteau-suisse.

Un entrepreneur est quelqu’un qui selon moi doit avoir une vision d’ensemble de tous les aspects de son activité : le juridique, la communication, la vente, la compta, le marketing, le développement web, le management …

C’est un généraliste qui s’entoure de spécialistes à qui il délègue ce qui ne rentre pas dans son champ de compétence.

En d’autres termes, je pense qu’il doit être profondément débrouillard et se former au minimum sur ce dont son entreprise a besoin pour prospérer. 

D’ailleurs sur ce sujet, je t’invite à aller voir notre article sur l’importe croissante de se former de manière continue tout au long de sa carrière.

Savoir s'entourer

C’est peut être un des critères les plus sous-estimés. 

Un entrepreneur qui perdure n’est, si vous regardez bien, jamais seul. 

La réseau est primordial, les partenaires sont essentiels, les soutiens (famille, amis etc.) sont un énorme bonus !!

Concernant le réseau, pas forcément besoin de connaitre 1 milliard de personnes (selon moi), l’idée est de connaitre les bonnes personnes, celles qui vont réellement pouvoir vous apporter quelque chose, qui partageront les même valeurs que vous, la même vision…

Pour cela, les salons entrepreneurs, Linkedin ou encore simplement les salles d’attente 😉. 

Créer des partenariats dans le même secteur d’activité ou des secteurs connexes, faire appel à des professionnels spécialisées dans les domaines de compétences qui ne sont pas les vôtres (communication, marketing, droit, développement web, comptabilité, prospection etc.) … tout cela permet d’avancer plus vite, d’alléger la charge mentale d’avoir à tout gérer, de favoriser l’intelligence collective et donc de nourrir profondément le projet.

Et … que vous dire de vos proches !! Bien qu’ils ne soient surement pas conscients des problèmes que vous rencontrerez, de la charge que cela représente, bien qu’ils ne vous comprennent pas toujours, pouvoir compter sur eux dans les moments où l’on a besoin de partager des déceptions, des réussites ou simplement de profiter d’une soirée pour déconnecter, c’est un cadeau immense.

Et… le lien, le partage c’est la vie non ? 😉

La santé mentale de l'entrepreneur

Celui qui dira que la vie d’entrepreneur est un long fleuve tranquille … merci de me le présenter !! J’opterai plutôt pour l’image des montagnes russes !!

On peut passer du nirvana au royaume des enfers en l’espace de quelques minutes … et toutes les émotions y passent : colère, joie, tristesse, excitation, espoir, déception, enthousiasme, peur !! 

En plus de ces festivités émotionnelles, je vous le dis d’avance, c’est beaucoup beaucoup de travail. Moi qui ai toujours été assez bosseuse, je ne pensais pas être capable de fournir autant de temps et d’énergie pour un projet !! De jour comme de nuit, on charbonne, on doit penser à plein de choses, on résout des problèmes, on se remet en question, on change de direction, on prend des décisions !! 

C’est ultra stimulant et en même temps cela crée forcément une charge mentale et du temps en moins que vous consacrez à votre conjoint(e), vos amis, votre famille, vos passions etc.

Cela fait partie des choses que je trouve particulièrement complexes : trouver cet équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie personnelle.

La santé mentale de l’entrepreneur est un sujet qui, selon moi, n’est pas assez abordé et pourtant … combien d’entre eux vivent la solitude, la dépression, l’épuisement, le burn out etc. 

D’où l’importance de bien s’entourer, je le répète 😉.

Prenez des rendez-vous avec vous-même, faites vous du bien avant tout car n’oubliez jamais que la santé de votre entreprise dépend directement de la votre 😉.

Et si vous en ressentez le besoin, autorisez-vous à demander de l’aider et à vous faire accompagner.

santé mentale de l'entrepreneur

Accepter le risque

Quand vous vous lancez, à moins d’avoir un don de voyance avéré, vous ne savez absolument pas de quoi l’avenir sera fait et ce qu’il adviendra de votre projet.

Trop d’éléments entrent en compte et beaucoup sont hors de votre contrôle : la conjoncture économique, politique, sociale, des potentielles réformes qui vont affecter votre secteur d’activité, des aléas improbables (salut le covid !), les comportements de vos prospects, les algorithmes …

Vous ne savez pas à 100% quand vous commencerez à avoir des retours clients, des rentrées d’argent, et même avec le meilleur business plan du monde !!

Je le vois presque comme une partie de poker : vous misez de l’argent en espérant que vos cartes feront une combinaison gagnante, sans réelle certitude du résultat. 

Oui il y a bien evidemment des choses que vous maitrisez, du travail à fournir, un état d’esprit à cultiver, mais il y a aussi des choses qui nous dépassent, cela fait partie du jeu !

Sur ce point je vous conseillerai de réellement prendre le temps d’établir un plan financier pour vous sécuriser sur plusieurs mois (je dirais minimum 6 mois) ou de commencer en mode “side project”. En bref, ne foncez pas tête baissée sans avoir réfléchi à l’aspect financier.

Ceux qui me connaissent un tant soi peu savent que j’ai un goût plutôt prononcé pour le risque en règle générale. Sans dire que ce point n’est pas challengeant du tout, cette tendance que j’ai m’a permis d’éviter un certain nombre de nuits blanches. 

​A ce sujet, je suis tombée sur une citation que je trouve très parlante et juste : 

« Un entrepreneur c’est quelqu’un qui se jette d’une falaise et construit un avion sur le chemin de la descente. »

Reid Hoffman

Savoir rester zen

Je n’avais pas prévu ce point au départ mais je pense qu’il est nécessaire et utile !

De mon point de vue, cette aventure est aussi incroyable que complexe ! 

C’est une épopée où l’on apprend ENORMEMENT sur soi, on ne cesse d’évoluer, de se challenger, de grandir en connaissance de soi ! C’est stimulant au possible, parfois très fatiguant mais au delà de ça … ce n’est qu’un business il ne faut pas l’oublier.

Bien sur, lorsqu’on se lance en affaires, une part de nous souhaite à tout prix réussir, c’est notre bébé, ça signifie beaucoup de choses !

Mais ne confondez pas votre business avec qui vous êtes qui reste le coeur de tout ! 

Certains disent “vous êtes votre business” ! Je ne suis pas d’accord du tout !! Nous ne sommes pas réductibles à un métier !

Je préfère dire que je contribue, je fais de mon mieux pour faire prospérer mon entreprise mais en aucun cas elle ne définit qui je suis. 

En aucun cas les échecs ou réussites que je rencontre veulent dire que je suis un échec ou une réussite, valable ou pas valable. En aucun cas votre valeur ne dépend d’un nombre de vente, d’un nombre de followers ou que sais-je !! Donc chill !!

Je pense qu’une partie des entrepreneurs se créent une charge mentale immense car ils s’identifient à leur projet, il n’y a pas de cloisonnement.

Non je ne suis pas mon business et je vous invite volontiers à expérimenter cette vision 😉 !

 

Et vous comment vivez vous l’entrepreneuriat ?

Retour en haut